AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|
"Note"
avatar
Messages : 20
Date d'inscription : 08/03/2016
Age : 28
Localisation : System Sol - Erdé Tyrène
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: "Note" Ven 29 Avr - 20:47
sorry

Tout d'abord, je tiens à m'excuser. Pour tenir le délais du thème je ne puis vous offrir le texte initialement prévu. À la place je vous poste la suite de ❝Slipspace❞, qui malgré tout est écrite en fonction du thème proposé: ❝Un morceau de papier❞.
Sur ce, j'espère que cela vous plaira.
Kenzo~


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 20
Date d'inscription : 08/03/2016
Age : 28
Localisation : System Sol - Erdé Tyrène
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: "Note" Ven 29 Avr - 20:47

❝ Note❞


Quatre passa en revue l’ensemble de la console de commandes. Divers voyants étaient éteints alors qu’ils auraient dû être allumés. Enfin non, pas vraiment. Les voyants ne déconnaient pas, c’était après, plus loin dans le circuit, que ça coinçait. Elle tata le métal froid et passa la main au-dessus des boutons et des manettes. Sa main heurta un vieux bouquin recouvert de marque-pages et de notes manuscrites. Délicatement, elle tira l’ouvrage de sous la commande et le feuilleta. Il s’agissait pour la plupart de rapports d’anomalies spatiales basiques, de notes sur le personnel ou de pensées.
— Tu as trouvé quelque chose ?
— Je ne sais pas. Elle continua de feuilleter le carnet. Quelque chose me chiffonne, et je n’arrive pas à dire quoi.
— Zzz…zzzZZz Tro.. ZzzZzz
— Un ici Trois, les communications passent mal. Où êtes-vous ?
— Si zZzzz Coupe ZzzZZzzz Mot zZzzzzZZZZ Space.
— Merde !
Quatre referma bruyamment le carnet qu’elle tenait et pianota fiévreusement sur la table de commandes. Les jauges moteurs et les indicateurs de santé des noyaux affichaient des données plus que troublantes.
— Rien ne fonctionne ! Bordel. Un coup de poing rageur enfonça les boutons de commandes secondaires.
— Comme ça, ça ne risque plus de fonctionner.
Une secousse ébranla la structure creuse du Yamashiro. Les moteurs se coupèrent brutalement et la décélération envoya valser les objets non-attachés de la plateforme de commandement.
— Qu’est-ce qu’il se passe encore ?
La bulle subspatiale se disloqua brutalement, ramenant l’appareil dans la trame normale.
— Trois, Quatre vous me recevez ?
Les deux femmes se regardèrent avec étonnement.
— Oui, clairement. Qu’est-ce que vous avez fait ?
— Deux a couché le moteur slipspace sur le côté.
— Radical mais efficace. La balise de secours émet à nouveau, les renforts devraient arriver.
— Ok, on vous rejoint.
Quatre s’installa confortablement sur le siège du capitaine. Elle ouvrit le carnet là où le coin d’une page avait été volontairement plié. Il s’agissait d’une fractale traitant de la description des structures de notre univers.
— C’est rare de te voir si absorbée par de la paperasse. De quoi ça parle ?
— De tout et de rien. Ça ressemble plus à un journal intime avec des notes scientifiques qu’autre chose.
Quatre retourna le carnet dans tous les sens. Il n’y avait aucun nom annoté dessus pour en identifier son propriétaire. Mais l’écriture à l’intérieur était manuscrite, ronde, déliée, et plaisante à lire. Sûrement une écriture de femme. En tournant les pages, Quatre se rendit compte que des coordonnées de saut se répétaient assez régulièrement. Tantôt crayonnées, tantôt en gras et au feutre rouge.
D’un bond elle se leva, réveillant la douleur de son épaule. Les quelques écrans encore utilisables vibrèrent lorsqu’elle les alluma. Il y avait tout un tas de données sans queue ni tête qui défilèrent sur les dalles sombres.
— Tu cherches quelque chose ?
— Je ne sais pas encore. Elle tapota du doigt la marge d’une des pages. Les coordonnées avaient été griffonnées plusieurs fois d’affilée avec une certaine rage, ou de l’anxiété.
Quatre pianota encore un moment sur le clavier principal. Puis les lignes de données se figèrent.
Elle relut plusieurs fois afin d’assimiler l’information qu’elle venait de trouver.
Quelque chose frappa la cloison métallique de la salle de commandement en même temps qu’un grésillement sur la liaison de com.
— Deux âmes en peine cherchant le logis…
— La ferme Deux !
La porte pressurisée s’ouvrit devant les deux autres unités de l’équipe. Quatre ne leur dédia qu’un bref regard alors que Trois analysa le couloir derrière ses coéquipiers.
— Calme.
— Vous n’avez rien rencontré en chemin ?
— Absolument rien. Et vous ?
— Le calme absolu également.
Un passa la passerelle en revue rapidement. Il n’y avait aucun signe de lutte, ni même aucun cadavre.
— Les systèmes ont dévoilé quelque chose ?
Quatre les héla, et tous s’approchèrent du poste qu’elle occupait. Elle leur montra sa petite découverte.
— Qu’est-ce que c’est ?
— Des doubles sauts. Enfin des sauts dans des sauts.
Un emmagasina l’information rapidement. Les bulles subspatiales étaient une rupture entre l’espace normal et une sorte d’univers parallèle grâce à une incision dans la trame au niveau quantique. Il y avait de multiples univers parallèles, se superposant, se chevauchant, et se croisant sans relâche. Comme une énorme pelote de laine. Il était théoriquement possible de s’enfoncer dans ces couches en multipliant les incisions quantiques. Mais tout cela n’était que pure théorie. Les moteurs actuels provoquant la déchirure n’étaient pas assez puissants pour trancher plusieurs couches de ces espaces. De plus, le risque de non-retour et de perdition était trop important.
— Le Yamashiro a plongé profondément dans le slipspace ?
— C’est ce que les dernières données indiquent sur les consoles de navigation. Quatre indiqua deux entrées de coordonnées. La première était une entrée simpliste, un saut des plus basiques. La seconde entrée était d’une complexité sans précédent. Bien que leurs connaissances soient vastes ils ne possédaient pas les acquis forcement nécessaires pour appréhender ce qu’ils avaient actuellement sous les yeux.
— Mais ils ont fichu quoi ici ?
— Ce que j’aimerais savoir c’est ce qu’ils ont ramené avec eux…
Comme pour appuyer sa question, une série de détonations perça un bon tiers du flanc gauche du vaisseau.
Plusieurs rugissements résonnèrent dans le grand couloir.
— Ils nous acculent ?
Deux entrouvrit manuellement la porte principale, juste assez pour laisser passer la tige en fibre optique et pouvoir observer ce qui se passe de l’autre côté. Un éclat lumineux illumina le couloir, brouillant partiellement la vision du soldat.
— Merde.
Il rajusta la fibre et distingua la silhouette d’un mastodonte identique aux précédents.
— On a un nouvel ami dans le couloir, chuchota-t-il.
Trois et Quatre saisirent leurs fusils d’assaut, enclenchant un nouveau chargeur dans la crosse.
— Tout ce qu’il nous faut c’est de tenir le temps que les renforts arrivent.
Deux rentra la sonde et referma aussi silencieusement que possible la porte. Un petit chuintement à peine perceptible siffla dans la salle. C’était juste assez fort pour que chacun des membres de l’unité ne retiennent son souffle.
— Au pire, ne pourrait-on pas tout simplement laisser le Yamashiro filer et partir avec un vaisseau de largage ?
— Le Haut Commandement veut que le Yamashiro soit retourné au chantier naval de la Terre. A moins que l’on soit vraiment obligé … Un laissa sa phrase en suspens, ses coéquipiers avaient très bien saisi son idée.
— Je vous jure, des journées comme ça, je m’en passerais bien.
— Et tu ferais quoi de tes belles journées ?
— Plage et jolie fille en bikini. Les petites plaisanteries de ce genre ne fusaient pas très souvent, mais elles savaient le faire au bon moment, sans entacher le bon déroulement de la mission ou le comportement de l’équipe.
Un coup violent fut donné contre la porte, obligeant les quatre membres de l’équipe à s’imposer un silence pesant. Ils se positionnèrent rapidement, accroupis derrière les consoles, leurs canons dirigés vers la porte. Un second coup fut donné puis le calme revint.
La température de la salle augmenta de plusieurs degrés d’un coup. La porte semblait fondre comme de la cire avant de passer au rouge puis de laisser un halo verdâtre se dessiner. Le rayon perça la porte et la baie vitrée du poste de commandement. Une série d’alarmes retentirent, leur bruit fut assourdi par l’air s’échappant du trou béant. La créature traversa la porte fondue. L’appel d’air créé par la dépressurisation fit s’envoler les restes d’affaires encore présentes. La créature tenta de garder les pieds sur le sol de la passerelle, ses bottes raclant le sol gauchement dans une gerbe d’étincelles. L’escouade possédait sur leur armure les outils nécessaires pour passer outre le manque de gravité. Des déclics métalliques se firent entendre lorsque les semelles magnétiques s’activèrent et se collèrent au plancher. Le mastodonte eut du mal à se stabiliser dans le flux d’air, entraîné par son poids. Les humains le laissèrent dériver, emporté vers la noirceur de l’espace. Le sifflement finit par s’atténuer lorsque l’air contenu dans la section eut fini de s’échapper. Les cloisons de sécurité encore actives s’activèrent d’elles-même, coupant le flux et gardant un maximum de l’atmosphère à l’intérieur de la structure.
— Je pense que celui-là ne nous embêtera pas davantage.
— Nous avons quatre-vingt-dix minutes d’autonomie, essayons de gagner les aires de lancement.
Ils se mirent prudemment en route. Leurs bottes claquaient à chaque pas, rendant leur progression trop audible.
— J’ai l’impression de traîner une cantine complète derrière moi.
Chacun tenta à sa manière de réduire l’écho sur la carlingue en titane de l’appareil.
— Plus que dix-huit mètres avant la première écoutille de secours.
La porte était doublement blindée et ses sécurités beaucoup plus renforcées. Un positionna un pied de part et d’autre de la porte d’acier. Il s’arc-bouta, tournant le dos au vaste espace et agrippa les deux poignées de sécurité. Le métal crissa un moment, figé par le froid spatial ; mais finit par céder. Il banda ses muscles et tira de toutes ses forces, sans aucun effet. Il se repositionna et retenta le coup. La trappe ne voulait rien savoir. D’un geste de la tête il invita Deux à l’aider. La trappe grinça mortellement.
— Pour l’effet de surprise on repassera. La porte pressurisée lâcha et vola dans le vide. Le canon d’un fusil d’assaut balaya la zone par sécurité avant que l’équipe ne s’engouffre à nouveau dans le vaisseau.

Le couloir desservant les aires de lancement était désert. Cependant quelque chose d'étrange flottait dans l'air. Une tension plus lourde, plus pesante que celle qu'ils ressentaient depuis leur arrivée sur le Yamashiro.
- Je n'aime pas ça... Deux murmura le plus doucement possible. On aurait dit le souffle silencieux d'un fantôme sur leur liaison com.
La carlingue grinçait comme un vieux rafiot, le corps principal se tordant dans le vide. Avec une grande méticulosité, ils gagnèrent les premières ancres de l'aire de lancement. Plusieurs appareils étaient couchés sur le coté, leur flan noirci par une explosion. Des débris métalliques jonchaient le sol, rendant leur avancée délicate. Quatre gardait ses yeux rivés sur le sol, posant avec précaution ses lourdes bottes entre les fragments.
Le groupe s’arrêta sur un simple geste de la main de Un. Il pointa deux doigts en direction d'une carcasse retournée d'un appareil monoplace. Deux énormes créatures rôdaient non loin, prêtes à se ruer sur tout ce qui approche.
- Il va bien falloir traverser.
Un regarda autour de lui. Les traverses qui passaient d'une plateforme à l'autre avaient été rétractées, rendant les possibilités de gagner l'autre coté sous couverture et discrètement totalement inexistantes.
Ils passèrent automatiquement leur équipement. Leurs munitions diminuaient rapidement, et retourner à l'armurerie n'était pas envisageable.
Trois posa sa main sur l'épaule de son leader, et lui montra un coin sombre dans l'aire de lancement. Un tas de caisses hermétiques et du matériel de réparation avaient été entreposés là bas, obstruant la vue des deux créatures sur cette section. Ils pourraient rejoindre l'autre coté sans trop de soucis, tant qu'ils ne faisaient pas de bruit.
D'un mouvement de menton, il leur fit signe de se mettre en mouvement.
Le petit groupe avança résolument vers la zone ombragée. A plusieurs reprises les mastodontes rugirent, faisant trembler l'air statique de la zone. Finalement, les sentinelles ne les virent même pas passer. Quelques appareils étaient encore en état de voler, mais c'était limite. Un véritable carnage avait eu lieu. Deux appareils retinrent l'attention de Un. Le premier était un appareil de largage avec un bon moteur et de multiples missiles pour percer les défenses. Le second avait une allure plus profilée, et s'il ne se trompait pas sur le modèle, il possédait un système de camouflage actif. Que valoriser ? La puissance de feu ou la discrétion ? Il ignorait ce qui pouvait les attendre dehors. Finalement, il opta pour la discrétion. L'appareil noir était également le plus proche de leur position et celui dont l’accès était le plus sécurisé.
De plus près, il vit que l'appareil avait tout de même été quelque peu endommagé. L'intérieur avait  été miraculeusement épargné. Les consoles principales étaient toujours en stand-by, et le comble c'était que le nez de l'appareil pointait droit vers la baie la plus proche. Chacun se sangla sur son siège et Trois démarra le cycle de préchauffage. Ils continuèrent à communiquer par signes et avec une extrême précaution.
Un demanda à Quatre de préparer un saut subspatial depuis la baie de lancement.
L'escouade se regarda un moment. Faire cette manœuvre était sans danger pour eux, mais détruirait le Yamashiro. Elle sortit le carnet qu'elle gardait dans une des sacoches de sa ceinture. D'abord hésitante, elle finit par saisir la suite de chiffres qui se répétait sans cesse.
Les moteurs vrombirent et finirent par distordre la trame normale de l'espace.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 92
Date d'inscription : 08/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: "Note" Ven 29 Avr - 21:36
Mais c'est honteux monsieur ! Mais oui madame ! En plus elle te fait une jolie bulle de manga pour s'excuser !
:P Et, je peux testifier, j'ai vu le début du texte initialement prévu v_v.
Mais c'est du très bon comme d'hab :3. A part le nom des persos qui peut être troublant j'ai pas grand chose à ajouter.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: "Note"
Revenir en haut Aller en bas
"Note"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Manga Death Note
» Death Note: The Movie [PHOTO]
» Shonen: Death Note [Ohba, Tsugumi]
» Death Note
» La Room Note

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Avril 2016-