AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|
"Crimson Skies"
avatar
Messages : 92
Date d'inscription : 08/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: "Crimson Skies" Mer 29 Juin - 18:50
























CRIMSON SKIES

I - WAR


« Some people lose their faith because Heaven shows them too little. But how many people lose their faith because Heaven showed them too much? »

Les Hommes s’effrayent toujours devant les atrocités des guerres qu'ils commettent. Pourtant, les plus tragiques batailles ne se déroulent que très rarement sur leur chère Terre. Ils possédaient toujours le privilège d'habiter l’Éden lorsque la première Guerre éclata. Les anges fidèles contre les anges rebelles. C'était une première depuis la Création. Les anges n'avaient jamais souillé leurs ailes auparavant, et ça ne serait pas la dernière fois.
De multiples rébellions ont su apporter divers changements bénéfiques aux peuples humains qui les ont perpétrées. Il y a des révolutions qu'il aurait mieux fallu éviter, cependant. Lorsque votre ennemi est plus puissant que vous, mieux informé, et mieux préparé, il est bon de ne pas initier d'attaque. Il se peut que votre propre situation au sein du royaume puisse demander une action immédiate, tant l'injustice est présente et la répression insupportable. C'est ce qu'avait ressenti Samaël. Cela faisait une éternité qu'il suivait les ordres de son Maître, sans jamais remettre en question la légitimité de telles actions. Lorsque vous ne vous sentez plus autant apprécié qu'avant, cela peut être dur de continuer à travailler aussi durement. Surtout lorsqu'un employé inférieur à vous semble prendre les devants. C'est en tout cas comme cela que Samaël l'avait pris.

L'Histoire fait de lui l'unique rebelle, devenu peu à peu héros anarchiste. Et pourtant, près d'un tiers des anges l'avaient suivi. Il possédait des talents d'orateur sans pareil, tout en avançant des arguments qui faisaient sens au sein de sa harangue. Des milliers d'anges se sont mis à suivre l'archange préféré de Dieu. Jusque dans sa « chute » suivant cette rébellion. Ces anges déchus sont devenus « démons », comme si on leur refusait tout caractère angélique à présent. Ils traitent les âmes des pécheurs, labeur peu glorieux, mais nécessaire. Tout était prévu, comme si Dieu savait que cette rébellion allait se produire. Pourquoi n'a-t-Il rien fait ? Aurait-Il même aidé à cette remise en question de Son pouvoir ?
Peut-être a-t-Il fait de Michael le meilleur des guerriers, juste pour mener Son armée d'anges fidèles à la victoire. Peut-être a-t-Il gardé Samaël assez près de Lui pour qu'il se sente supérieur. Il voulait simplement « tester sa force face à celle de Dieu », comme s'il considérait que la création des hommes était une preuve de faiblesse. Il les haïssait. Non pas pour ce qu'ils étaient, mais pour ce qu'ils représentaient. Les créatures préférées de Dieu. Samaël développa son libre arbitre, s'éloignant de plus en plus de Dieu et de Sa volonté. La Guerre éclata peu de temps après leur installation dans l'Éden. La Guerre éclata, Dieu pulvérisa la tentative de Samaël, et puis... Il l'a gardé. Ici, au Paradis. Comme s'il savait ce qui allait se passer, encore une fois. Samaël tenta les Hommes, comme il avait été tenté par son orgueil auparavant. Les Hommes cédèrent à la tentation et mirent en colère Dieu, une rage telle qu'elle entraîna l'exclusion des anges rebelles et des Hommes. Un peuple exilé sur Terre, un autre en Enfer.
Samaël était furieux, mais il n'avait toujours pas renoncé à sa victoire. S'il ne pouvait gagner par la force, il gagnerait par la ruse. Son péché d'orgueil était d'une puissance sans nom. Il ne s'agenouillerait pas devant les Hommes. Jamais. Pas même devant le Fils de Dieu. C'était à eux de s'agenouiller devant les anges. Ils étaient plus jeunes, plus faibles, inférieurs. Il se manifesta tout au long de l'Histoire humaine. Parfois avec l'aval de Dieu. Il était toujours un messager, un peu pervers, certes, mais toujours suivant son Maître. Il tortura Job, demanda à Abraham de sacrifier son fils, il faisait ce qu'il pensait être juste : tester les Hommes sur leur foi, mettre en doute l'existence de Dieu Lui-même. Sans succès. De multiples légendes se battirent autour de Samaël et ses actions, faisant de lui l'opposé total de Dieu.

Au Paradis, pendant ce temps-là, la plupart des anges continuaient à obéir aveuglement aux ordres. Certains doutaient réellement de la légitimité de Dieu. Il fallait le vénérer pour l'éternité, ou craindre l'Enfer et ses démons. Bon nombre d'anges tombèrent au fil des années, tellement que les deux armées ennemies commencèrent à s'égaliser. Les anges déchus, alors en sous-nombre lors de la première Guerre, préparaient une bataille beaucoup plus juste. Une prophétie prédisait une dernière apocalypse, où Dieu détruirait Samaël. Il comptait bien faire en sorte de changer la fin de l'Histoire. Il arpentait la Terre afin de trouver de nouveaux guerriers, d'entamer les préparatifs, et de terroriser les Hommes par la même occasion. Beaucoup étaient surpris de ne pas voir apparaître un être rouge avec des ailes de chauve-souris et une petite queue pointue. Samaël avait beaucoup de noms chez les Hommes. Bélial, Pan, Lucifer, Satan. Il représentait le côté mauvais de la vie, et pourtant beaucoup embrassèrent son influence, légitimant alors ses actions. Les Hommes n'étaient plus ces créatures paisibles et croyantes. Cela n'entraîna pas que la colère de Samaël.


II – FAMINE


« I'm not evil. I punish evil. »

Uriel apparut dans un torrent de lumière, probablement visible à plusieurs kilomètres aux alentours. Un genou et ses deux mains au sol, elle donna deux rapides coups d'ailes et s'éleva dans les airs. Elle regarda la ville un peu plus loin, perchée à 500m au dessus du sol. Elle n'avait pas besoin de battre des ailes pour se tenir en hauteur, sa volonté seule suffisait. Elles étaient cependant plus qu'un symbole, c'étaient elles qui conféraient leurs pouvoirs aux anges. Aucun objet humain ne pourrait égratigner une seule plume d'Uriel, et il en était de même pour sa peau.  Ses deux grandes ailes immaculées rappelaient sa chevelure, aussi blanche que les nuages qu'elle venait de traverser. Elle portait un linge noir par dessous une armure rudimentaire en métal divin. D'une couleur argent très foncé, quelques plaques parcouraient ses jambes, son torse et ses bras.
La ville en contrebas, Sion, était un refuge de pécheurs, de libertins, et de brigands. La lumière attira quelques curieux, éblouis par la beauté de l'ange se tenant devant eux. Une grande plaine de sable de plusieurs kilomètres carrés s'étendait aux alentours.

"Mesdames, messieurs, approchez, approchez ! Le spectacle commence d'ici peu !"
Au bout de quelques minutes, toute la ville était là, dans un silence lourd, attendant un miracle, une bénédiction, ou peut-être le jugement dernier.
"Bon, je vois que tout le monde est plus ou moins là, on va pouvoir commencer. Je rattraperai les autres plus tard." Les habitants de Sion s'échangèrent quelques regards inquiétés. "Vous avez été sélectionnés, par moi. Ville de pécheurs, de fornicateurs, de païens, d'hérétiques, ..."
Certains hommes avaient déjà lu le Livre, et n'était pas dupes. Une femme essaya de s'enfuir. Uriel leva son bras droit à une vitesse trop importante pour qu'aucun humain ne puisse le voir. Ce geste créa une barrière lumineuse entourant la foule.

"Hop hop hop. Vous avez payé votre ticket, et on ne rembourse jamais." Un paysan lui lança une faucille qu'il n'avait pas lâche en quittant son champ. Uriel l'attrapa sans difficulté d'une seule main. "Je vois que vous êtes impatients, commençons." L'ange renvoya l'outil vers son propriétaire, il se planta fermement dans son front. Un vent de panique éclata dans l'assistance. Uriel se posa sur le sol, et matérialisa une lance dans sa main droite. L'arme était d'une couleur ébène, longue de plus de deux mètres et se finissant en deux pointes acérées et tranchantes. Un sourire sournois se posa sur son visage. S'en suivit un carnage d'envergure biblique. Des moitiés de troncs humains volaient à droite et à gauche, rependant des tripes dans le cercle lumineux créé par leur bourreau. Aucune échappatoire n'était possible, à moins que vous ne voliez. Uriel marchait parmi la foule en faisant virevolter sa lance entre ses mains.
La lance divine tranchait dans la chair comme dans de la gelée. En moins d'une minute, la moitié de la ville marchait dans les cadavres de leurs voisins. D'un coup d'ailes elle prit de la distance face aux villageois.
"Mes amis, mes amis, restons civilisés !"

Une mère récupéra la faucille plantée dans le crâne de son mari, puis la lança dans la direction générale de l'oratrice. Uriel n'eut même pas besoin d'esquiver, l'outil n'atteignant même pas la semelle de ses bottes. Elle pointa son index et son majeur gauches vers l'attaquante, la faisant alors voler par sa simple pensée. Elle la positionna de façon horizontale et jeta sa lance, qui vint transpercer la bouche fermée de la femme, détruisant à la fois ses lèvres, ses dents et sa langue, puis passa à travers son corps en entier, ressortant par son orifice postérieur. La lance se dématérialisa immédiatement et se ré-matérialisa dans la main d'Uriel, sans une seule tache de sang sur le manche ou les piques. L'ange dirigea son regard vers un autre humain, et la femme tomba lourdement sur terre, se vidant petit à petit de tout son sang, déjà morte depuis quelques secondes.

"Vous m'ennuyez."

Uriel perça à travers la foule à une vitesse inhumaine, fit tourner la lance dans sa main droite et trancha à tout va. Il ne restait aucun survivant. Le sable s'engorgeait de sang, plusieurs plumes de l'archange étaient tachées par le liquide couleur rubis. La barrière lumineuse s'évanouît. Il restait cependant quelques humains au sein du village, principalement des personnes pour qui se déplacer était difficile, ou qui ne participaient pas au travail à l'extérieur. Uriel fit un tour rapide de Sion, tuant tout humain se présentant à elle, puis mis le feu à la majorité des bâtiments. Il ne resterait rien. Uriel se tint immobile, en l'air, et attendit que les bâtisses tombent une à une.


III – DEATH


« It's not the wings that make the angel. »

Un torrent de lumière fit rage devant Uriel, souriante et satisfaite de son travail. Elle tenait sa lance ensanglantée dans la main droite, ses ailes blanches étaient souillées de sang humain, et un lac de sang rempli de cadavres s'étendait en dessous d'elle. L'autre ange battit des ailes afin de sortir de sa prison lumineuse et fit face à sa sœur, tenant de sa main gauche une longue épée enflammée. Au contraire d'Uriel, Michael était immaculé. Il portait des vêtements de lin blanc, une ceinture en or, son visage brillait comme l'éclair, et ses yeux étaient comme des flammes de feu vivace.

"Je pensais te voir plus tôt." lança-t-elle.
"Les débats pour savoir s'il fallait intervenir ou non furent plus longs que prévu."
"Quand t'ont-ils accordé ce combat ? Au centième mort ?"
Michael grimaça. « Que crois-tu accomplir ici ?"
"N'est-ce pas là la volonté de Dieu ? Punir les pécheurs ?"
"Dieu te dira lorsqu'une telle action sera sollicitée."
"Ah, donc il s'agit vraiment de cela, hein ? Il faut obéir aux ordres et rien d'autre ? Dieu est devenu faible !"
"On ne blasphème pas d..."
"Ne vois-tu pas Michael ? Ne ressens-tu pas l'étrange atmosphère de cette Terre ? On n'y sent plus aucune présence divine. Cela me désole. A quoi servent les humains si Dieu ne les choie plus ?"
"Tu ne peux pas créer ton propre apocalypse de toute pièce, Uriel. Crois en la volonté de Dieu et en son dessein."
"Écoute-toi, Michael, ce ne sont pas tes mots, ce sont les Siens. Il n'y a pas besoin d'apocalypse s'il n'y a plus d'humains ! Et je me dévoue en tant que bourreau." Un sourire sournois se redessina sur son visage.
"L'orgueil est un péché grave, Uriel. Si on doit tuer tous les pécheurs, que faire de toi ?"
"Un péché que les Hommes peuvent reproduire sans cesse sans qu'aucune conséquence ne les punisse ! Un péché que Dieu ne connaît que trop bien !"
"Le blasphème est un péché bien plus grave ! Dieu n'est pas fier, il est tout puissant et est donc juste dans ses droits et déclarations."
"Dieu, légitime ? N'exercice-t-il pas sa propre petite oligarchie ? C'est un concept humain ! Et Dieu aime les Hommes par dessus tout. Ne devrions-nous pas en apprendre davantage de leur culture ? Remettre en cause notre monde en relation avec le leur ? Cela fait combien de temps que tu n'as pas vu Dieu, Michael ? Peut-être est-il mort !"
"On ne blasphème pas le nom de Dieu, Uriel !" cria Michael. "Est-ce dont la raison pour laquelle tu as tué tous ces Hommes ? Un doute qui se glisse dans ta foi ?!"
Uriel s'amusait de la situation. "Tu n'as qu'à les faire ressusciter, si tu y tiens tant."
"Tu sais bien que c'est impossible. C'est le privilège d'un seul homme, et cela le restera."
"Toujours une histoire de privilège, hein ?"
"Dieu n'interfère pas avec les affaires des hommes, point."
"Oh, non, il nous envoie pour ça ! Nous ou son « fils », qui lui a le droit de se faire ressusciter ! Dieu n'a aucune patience pour les anges, dès qu'on fait un pas de travers c'est direction l'Enfer ! La notion d'injustice si obscure aux anges leur est pourtant si proche. Une telle punition pour ses fils alors que sa patience est infinie pour les Hommes !"
"Le concept de justice est humain, Uriel. Tu n'as que Dieu comme boussole."
"Un vrai dépliant vantant le catholicisme ! C'est étrange que les concepts humains ne s'appliquent jamais au Ciel lorsqu'ils peuvent mettre en doute les pouvoirs de Dieu. D'où sont-ils nés ? De la conscience humaine ? Dieu n'a aucun contrôle là dessus ? Il est d'accord qu'il existe une notion de justice, alors ?"

Uriel avait compris que Michael était là pour comprendre ses actions et en référer aux autres archanges. Elle allait donc lui en donner, des raisons. De son côté, Michael avait compris que sa sœur ne souhaitait que le combat, et cherchait à l'éviter.

"Tant de questions. Dieu n'interfère pas avec les actions humaines."
"C'est la deuxième fois que tu me sors cela, Michael, et pourtant j'ai une centaine d'exemples en tête qui prouvent le contraire. Toute son histoire avec Jésus, ce n'était pas une interférence ? Je ne comprends pas pourquoi on doit s'acharner à rendre leur vie si paisible ! Ils se tournent, se détournent, et se retournent vers Dieu si facilement ! Ils ont profané l'arbre de vie ! Tu étais là, à ordonner aux chérubins de les chasser de l'Éden !"
"Cette jalousie maladive envers les Hommes me rappelle un autre ange, Uriel."
"Oh, maintenant je suis Samaël ! Pourquoi pas ?! Pourquoi la loi humaine est-elle si éloignée de la loi divine ?! La moitié de la Bible a été inventée par les hommes, et le reste est soit incompris, soit mal retranscrit, soit totalement déformé !"
"Cette Bible n'a aucune valeur aux yeux de Dieu, et tu le sais bien."
"Pourtant les Hommes se conduisent en fonction de ses enseignements ! Quand ils croient en Dieu ! Ils sont favorisés par le Ciel et ils arrivent encore à ne pas croire en Lui. Ils arrivent toujours à détruire ce que Dieu leur donne ! Regarde l'état de la Terre, je lui donne deux siècles tout au plus ! Les Hommes ont plus que nous, ils ont un choix. Ils peuvent reconnaître la présence de Dieu ou l'ignorer. Nous n'avons pas ce choix. Nous savons. Et je ne sais pas en quoi je crois. Les anges n'ont pas la foi."
"C'est donc ce que je disais. Tout se résume à une histoire d'orgueil et de jalousie."
"Veux-tu bien arrêter de n'avancer que des arguments divins ? Regarde ce que tu es devenu. Un simple serviteur, un servant, ne vivant que pour se mettre à genoux. Cela fait une éternité que nous servons Dieu, n'est-il pas temps d'être récompensés ?! Tu es là pour juger de la situation et agir en conséquence. AGIS !"
"Je ne suis qu'un messager, Uriel."
"Tu es un archange, Michael. Tu fais partie de la plus haute hiérarchie des anges, et tu es là pour parler."
"C'est toi qui semble être motivée à discuter."
"Je suis motivée pour un tas d'autres choses. J'étais trône autrefois, j'ai l'habitude d'apporter la justice au monde des humains."
"Tu devrais savoir où est ta place."
"Pas sur Terre, manifestement." Uriel enserra le manche de sa lance.
"Tu as su prouver que non. Un seul ange a osé remettre en question l'omnipotence de Dieu. Regarde où il est aujourd'hui."
"Mais qui me parle, Michael, toi, ou Dieu ?"

Les anges étaient régis par une loi simple : ils ne pouvaient tuer aucune créature de leur propre main. Plusieurs armes avaient été mises à leur disposition afin de pouvoir combattre les rebelles lors de la première Guerre, armes que les archanges ont pu garder par mesure de sécurité. Il était impossible de tuer un ange, mais il était possible de le blesser gravement. La matérialisation de leurs corps subtils était tout sauf fragile. Tuer un être de création divine était une faute grave, qui pouvait vous faire exiler en Enfer.

"Je ne veux pas me battre contre toi, Uriel, la destruction de créations divines et prohibé sans accord divin."
"Je n'ai plus besoin de cet accord."
Uriel jeta sa lance en avant avec véhémence, comme un javelot. Michael la récupéra d'une main, se la lacérant par la même occasion.
"Quel est l'intérêt de se battre si on ne peut se tuer ?", lança-t-il.
"Exactement."

Uriel avait suivi de près sa lance et se tenait maintenant tout près de son adversaire. Elle ouvrit largement ses ailes et donna un coup violent avec l'une d'elles, l'extrémité des plumes étant acérées comme des rasoirs. L'attaque passa à travers la gorge de Michael sans laisser de trace ou de blessure, mais cela le déstabilisa pendant quelques secondes, ce qui suffit à Uriel pour reprendre sa lance et la planter dans le torse de l'autre archange. Cette fois-ci du sang coula de la plaie.

"A quoi bon, Uriel ?"
La lance se dématérialisa en laissant une vilaine ouverture sur le vêtement de l'ange un peu moins immaculé. Michael savait qu'Uriel avait besoin de se concentrer sur son arme pour réaliser une telle action, il en profita donc pour l'attaquer avec son épée bâtarde de confection divine. Elle avait cependant vu le coup venir et pu parer l'attaque avec la lance nouvellement matérialisée dans la paume de ses deux mains. Le choc des deux armes résonna à plusieurs kilomètres aux alentours.
"Je croyais que tu ne voulais pas te battre ?"
"Je ne me bats pas."

Michael se retira de sa posture offensive et recula de quelques mètres. Il enflamma son épée avec une nouvelle vigueur, et se prépara à attaquer de nouveau. Uriel était prête. Son adversaire se lança en avant avec toute sa force et donna un coup vertical avec son arme. Uriel esquiva le coup de Michael de manière élégante, mais lut mal dans le jeu de son adversaire. Michael ne visait en aucun cas sa tête, mais plutôt ses ailes. Avec cet avantage stratégique, l'ange parvint à trancher l'aile droite de sa rivale. Un éclat de lumière explosa. Uriel, déjà déboussolée et destituée d'une bonne partie de sa puissance, ne vit pas le deuxième coup arriver. Une seconde explosion lumineuse retentit. Les deux ailes tombèrent lourdement sur le sol sableux, l'empreignant encore un peu plus de sang, colorant encore plus les plumes d'un éclat grenat, cette fois-ci provenant de son propre corps.
"Tu n'en es pas digne."
Uriel tomba sur le sol, à genoux. Elle regarda ses mains perdre de leur éclat puis s'affala péniblement sur le sol, ses deux moignons, où étaient auparavant ses ailes, plantés dans le sable.

"Tu es maintenant ce que tu hais le plus : un simple humain. Je verrai plus tard ce qu'il faut faire de toi. "
Michael s'éclipsa dans une nouvelle tornade de lumière. Il ne restait plus que le calme et la douleur. Uriel regarda autour d'elle : son adversaire avant emporté sa lance, et surtout, ses ailes, au Ciel. Elle resta, à bout de souffle, allongée par terre, avec deux ailes de sang de chaque côté du corps. Chacune des explosions avait projeté une ombre sanglante sur le sol. Un peu plus loin, où le massacre humain avait eu lieu, et où la ville se tenait auparavant, il ne restait plus d'une vaste plaine de sable, paisible et abandonnée.


IV – CONQUEST


« Come and see. »

Sam arpentait ces rues depuis plusieurs heures maintenant. Il était dur de retrouver quelqu'un qui ne souhaitait pas l'être, encore plus lorsqu'il n'avait pas d'adresse fixe. Ses efforts, cependant, se révélèrent payants. La vagabonde qu'il cherchait semblait dormir dans une maison de cartons, au bout d'une ruelle sale et mal éclairée.

"Hey !", cria Sam. Aucune réponse. "Yooo !"
La dame se releva brusquement. Elle regarda dans la direction de Sam, se leva, puis marcha dans la direction opposée. Cela surprit Sam, qui se mit à courir afin de la rattraper. Il accrocha son bras.

"Hey, faut pas s'enfuir comme ça, ma jolie."
"Lâchez-moi, putain, j'ai rien fait de mal."
Sam ricana "Ah, ça, je suis sûr qu'il y a quelqu'un de très en colère contre toi en ce moment !"
La femme plissa des yeux, examina le sourire de l'intrus, et le repoussa.
"Je ne veux rien avoir à faire avec toi ! Casse-toi !"
"Je vois qu'on a vite appris le dialecte humain. J'ai besoin de toi pour un petit job, Uriel."
"J'ai déjà participé à des activités en désaccord avec Dieu, et regarde où cela m'a mené."
"Exactement ! Tu es humaine ! Tu ne réagis plus par amour de dieu, mais par crainte de son pouvoir ! Ne sois pas hypocrite comme tous ces hommes qui ne prient que lorsqu'ils ont besoin de quelque chose. Viens, j'ai une offre que tu ne peux pas refuser."
"Désolée, pas intéressée par quelque pacte que ce soit." Elle s'éloigna de la scène.
Sam lui attrapa la gorge et la plaqua contre le mur. "Et que feras-tu de ta pauvre petite vie pathétique ? Mh ? Tu ne peux pas mourir. Je t'en empêcherai. Tu sais que je le peux. J'étais l'archange le plus brillant, souviens-toi."
Uriel avait peur. C'était assez fréquent en tant qu'humaine, apparemment. Sam la relâcha assez violemment pour qu'elle se cogne la tête contre les briques rouges.

"Je ne fricote pas avec les déchus."
"Dit la déplumée. » Sam reprit son sourire de vendeur de tapis.
"Je dois faire profil bas, essayer de regagner la confiance du Ciel." Uriel reprit sa marche, mais Sam la suivit au train.
"Oh, allez ! Tu veux vraiment redevenir un ange de dieu ? Ce ne sont que des instruments de la vengeance divine, rien de plus. Cela fait des siècles qu'on est plus rien que rien, le fils de dieu nous a remplacé dès qu'il a pu. Tu sais, le côté plus humain, moins mystique, ça marche toujours mieux."
"Notre rôle a changé, pas notre importance."
"« Notre » ? S'il te plaît... Maintenant ils veillent sur des familles, des personnes, des nations, mais ils n'ont plus le droit d’interagir ! Le système n'est même pas égalitaire, plus t'es haut dans la pyramide, plus t'es important aux yeux de dieu, c'est quoi ce bordel ? T'as été archange, tu sais ce que c'est que d'être proche de dieu. Ou des messages de dieu, je devrais dire. Combien de fois tu l'as rencontré, mh ? Deux, trois fois en quelques millénaires ? Tu as été beaucoup plus proche des humains que de lui."
"Et ?"
"Et tu sais que les hommes sont inférieurs à nous, on devrait être à leur place ! Quand est-ce qu'ils demandent de l'aide aux anges ? Quand ils ont besoin d'un guide, de motivations spirituelles ! Nous ne sommes plus que des servants, à accomplir leurs caprices pour leurs seuls intérêts."
"Je suis humaine, peut-être ai-je droit à..."
"Oh, chérie, aucun ange ne vole au dessus de ton épaule droite. Pas après ce qui s'est passé avec Mike. Et aucun ange ne voudra prendre soin de toi, les anges ne sont que des messagers, leurs actions les dépassent, ils ne font que suivre les ordres de dieu. Tu sais ça mieux que n'importe qui là-haut. Et tu connais le problème avec dieu. Il n'est jamais satisfait. Jamais son royaume ne sera assez pur ! Un jour c'est un péché de manger de la viande un vendredi et puis le siècle suivant c'est tout à fait catholique. Il a stoppé son régime vegan ou quoi ?"
Uriel arrêta sa marche et réfléchit quelques instants. "Pourtant, nous avons été façonnés au deuxième jour de la Création..."
"Exactement ! On est nés avant ces foutus humains ! Sans offense. Et puis penses-y une minute. Les hommes ont été exclus de l'éden ! Ne sont-ils pas aussi déchus que moi ?"

Ce dernier commentaire fit résonner une sonnerie d'alarme dans l'esprit d'Uriel.
"Désolée, je ne veux pas suivre un acteur du Mal." Uriel fit demi-tour et repris sa marche d'esquive en direction de son refuge de carton, mais Sam ne voulait rien savoir.
Sam éclata de rire, ce qui apeura de nouveau Uriel. "Acteur du Mal, comme tu y vas. Ce n'est que du folklore tout ça. Tout ce que je souhaite c'est un Ciel juste. Je ne veux pas être dieu. Je veux juste ne plus être un serviteur. Et dans ma démarche, on m'a salement traité de tous les noms et on a rejeté toutes les fautes sur moi. C'est tellement plus simple de dire que Machin est de mèche avec moi et de le traiter d'hérétique afin de pouvoir le pendre, juste parce que sa femme te plaît bien ! Je cherche juste l'infidélité et la fausseté sur Terre, et ça ça fait peur aux hommes. Pense aux atrocités que les anciens écrits m'accusent d'avoir commises. Hey, Job je l'ai testé avec l'accord de dieu. J'ai tué ses enfants, je lui infligé la pauvreté et la maladie, oui, mais parce que dieu voulait prouver qu'il était aimé sans contrefaçon ! Je parle même pas de Sodome et Gomorrhe, si tu veux mon avis il est un peu capricieux le papy. Repense à toute cette histoire. La grand Guerre. dieu voulait tout simplement quelqu'un pour juger les âmes en Enfer. C'était un piège, rien de plus, rien de moins. Azraël est dans le même état d'esprit que moi pour tout te dire."

Uriel s'arrêta de marcher. "A... Azraël est déchu ?"
"Plutôt deux fois qu'une ! Il fait partie du petit projet que je mets en place, d'ailleurs. Et je voudrais que t'y prennes part également."
"Du genre ?"
"Du genre... apocalypse ? J'ai déjà regroupé les trois premiers Cavaliers !"
"Tu sais que tu perds à la fin de l'histoire ? Tu es en train de la faire démarrer exactement comme dans le Bouquin, c'est pas vraiment bon signe."
"Hey, c'est la fin qui doit être changée, hein ! J'ai aucun pouvoir sur l'ouverture des sceaux et tout le bordel. Pour le moment je recrute quelques anges ici et là, personnellement, tu sais, pour le côté dramatique."
"Ouais, parce qu'un tiers des anges du Paradis ce n'est pas vraiment une super armée."
"En fait on en est quasiment à la moitié, là. » Cela surprit Uriel au plus haut point. "Au fil des siècles, il y a eu énormément de rebellions là-haut. Et les nephilim rejoindront la cause."
"Les nephilim ? Les fils issus de l'accouplement d'humains et d'anges ? Et tu penses que tu pourras les contrôler ?"
"Le contrôle, toujours le contrôle ! Et le chaos dans tout ça ?!"
"Le plan a l'air élaboré..."
"Écoute, lorsque les premiers sceaux seront brisés, on va devoir tuer au moins un tiers des hommes afin d'attirer l'attention, et ça fera quasiment trois milliards de vies."
"Les quatre Cavaliers..."
"Exactement. Un joli Jugement Dernier, avec dieu et les anges sur Terre, et tout le bordel. Le problème, là, c'est qu'il m'en manque un, de Cavalier. Et après ta jolie prestation à Sion, rime non intentionnelle, je pense que tu ferais un très bon War."
"Pardon ? War ?"
"Ouaip, Azraël c'est Death. Raph..."
"C'est quoi ces noms stupides ?"
"Oh, tu sais, la prophétie, tout ça. Les hommes ont donné des noms et des interprétations à tout dans la bible alors... On s'amuse avec ce qu'on a ! Ça a tendance à faire peur, tu sais, les noms bibliques. Et puis niveau pluralités des prénoms, je crois qu'on pourra jamais me battre."
"Ok, ok. Et qu'est ce que j'y gagne ?"
Sam fit apparaître deux ailes aux bouts ensanglantés et une lance de jais sur le sol.
"Mes... Mes ailes ?"
"Lucifer Morningstar, à votre service." Un grand sourire victorieux se dessina sur son visage.

Revenir en haut Aller en bas
"Crimson Skies"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [JEU] SKIES OF GLORY : Jeu de combat aérien [Payant]
» Khorne Vs Crimson Fists
» Michel Faber: The Crimson Petal and the White, etc.
» Satoshi Urushihara et Mie Takasse - Dark Crimson T2
» Falling Skies - Steven Spielberg

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Juin 2016-