AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|
Enyo
avatar
Messages : 41
Date d'inscription : 02/04/2016
Age : 30
Localisation : An Alré
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Enyo Jeu 22 Sep - 18:44


Enyo
Peau de verre et cœur de pierre


   


Il faut que je sorte.
Ca va faire trois mois maintenant. Trois mois que je n’ai pas mis le nez dehors. Depuis qu’elle a disparu sans laisser d’adresse, en fait.
A quoi bon sortir ? Il n’y a rien de très excitant. Pourtant, aujourd’hui, il le faut. Je ne supporte plus la vision des quatre murs blancs qui m’entourent, d’un peu trop près d’ailleurs.
Où pourrais-je aller ? Voyons voir, ce ne sont pas les distractions qui manquent, pourtant, dans cette putain de ville. Un parc ? Non, nous sommes dimanche, il fait beau, ils doivent tous être remplis d’insupportables mioches hurlants, et j’ai un peu mal à la tête.

Je sais, un musée. Ca fait une éternité que je n’y ai pas mis les pieds. J’adorais ça pourtant, avant. Avant que cette ville et son rythme infernal ne me bouffent. Restons raisonnable, misons sur les valeurs sûres : Le Louvre fera l’affaire.

Je vais descendre station Tuileries, tiens, ça me fera marcher un peu, et puis, j’ai toujours aimé ce petit jardin sans prétentions. Je m’arrêtais souvent pour admirer les statues d’inspiration antique bordant les chemins, à présent infestés de touristes et de rats. Voilà ! C’est ça ! Je vais faire un tour au sous-sol, dans la partie des arts de la Grèce Antique, ça m’évitera de côtoyer les écoliers dans la partie Egypte Ancienne et les Japonais autour de La Joconde. Je crois que je n’ai jamais eu l’occasion de visiter cette partie du musée, d’ailleurs. Mes parents m’y emmenaient souvent, et pourtant, on allait toujours voir les mêmes choses. La peur de l’inconnu, sûrement, mieux vaut suivre sagement les guides touristiques, on ne sait jamais, on pourrait découvrir quelque chose…

Après 45 bonnes minutes à piétiner dans une file d’attente hétéroclite, et cinq autres à racler le fond de mon porte-monnaie pour trouver de quoi payer l’entrée plein tarif de ce club VIP, me voilà enfin à l’intérieur du Louvre. Bon. « Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines », voilà, c’est ça.

Je suis bien ici. C’est spacieux, relativement peu fréquenté, et le marbre blanc du sol et des œuvres exposées me donnent l’impression d’être en Arctique, c’est rafraîchissant. Alors, voyons voir… Il y a pas mal de chefs d’œuvre ici, du lourd. « La Victoire de Samothrace », hmm… Spécial. Ah ! « Aphrodite, ou Vénus de Milo », un grand classique ! Vue de près, elle semble tout de même particulièrement musclée, la demoiselle. Son dos me donnerait presque des complexes. Sauf que j’ai mes deux bras, moi.

Tiens, je n’ai jamais entendu parler de celle-ci, « Enyo ».

Enyo, déesse des batailles, dans la mythologie grecque. Etroitement liée à Arès, elle est décrite tour à tour comme son épouse, sa sœur ou sa fille.
(Ben voyons…)
Déesse guerrière, à l’instar d’Aphrodite, Enyo est caractérisée par sa brutalité et sa cruauté. Assimilée par les Romains à Bellone, les représentations d’Enyo demeurent rares. Celle-ci, particulièrement bien conservée, fut découverte parmi les ruines du temple d’Arès, à Athènes.

Bien conservée, c’est le moins que l’on puisse dire, on dirait qu’elle a été sculptée hier. Une sacrée combattante, en effet !
Contrairement à sa collègue, elle dispose de tous ses membres, et tient même dans sa main gauche une lance étonnamment affutée. Les rainures du marbre blanc dans lequel elle est sculptée ressemblent à s'y méprendre à des veines, comme si sa peau d’ivoire était de verre transparent, comme si elle était vivante, juste endormie, figée depuis des siècles. Mais ce qui me surprend le plus, c’est l’expression de son visage. Si réaliste... Son regard tourné vers moi et la moue qu’elle affiche lui donnent un air méprisant et cruel. On dirait qu’elle me fixe, j’en ai froid dans le dos…

« Le musée ferme, il est temps de rentrer chez vous, monsieur ! »

Comment ? Il m’a fait sursauter, ce con. Le musée ferme ? Mais je viens d’arriver, il ferme plus tôt aujourd’hui ? Un coup d’œil à ma montre : 18h, déjà ! Je ne suis quand même pas resté 3h planté là, le regard plongé dans celui de cette déesse de marbre ! Bizarre…

« Monsieur, je ne le répéterai pas cinquante fois ! »

Oui, bon, ça va, je rentre. Je me demande si l’antipathie naturelle est un critère de sélection lors du recrutement des gardiens de musées et des guichetiers de la SNCF.

De retour chez moi, impossible d’oublier le regard hautain et cruel d’Enyo. Sa froideur n’a d’égale que son obsédante beauté. Comme elle, en fait… Ça doit être pour ça que je ne peux penser à autre chose, c’est tout. Dire que je voulais me changer les idées, et je finis encore par penser à elle. Allez, va te coucher et oublie tout ça. Pour une fois que tu sors, ça ne va quand même pas te rendre malade…

J’ai affreusement mal dormi. Pour une fois, je n’ai pas rêvé d’elle, non. L’image d’Enyo n’a fait que me hanter toute la nuit. Je l’ai vue s’animer dans mon rêve, ses yeux brûlaient d’un feu étrange, chargé de haine et de cruauté. De sa lance aiguisée, elle m’ouvrait la poitrine et en sortait mon cœur fumant encore secoué de palpitations.
Quel ignoble cauchemar…

Bon… comment occuper ma journée ? Etrangement, je crève d’envie de retourner au musée, d’admirer pendant des heures cette envoûtante sculpture d’Enyo… Non, ce n’est pas raisonnable. A ce prix-là…
Pfff. Tentative pathétique de trouver un argument terre-à-terre pour m’empêcher de sombrer dans une fascination malsaine. Décidément, c’est ma spécialité.

Regarder la télé toute la journée ? Au secours.
Lire ? Je crois que j’ai lu au moins 3 fois tous les ouvrages posés sur mes étagères, et je n’ai aucune envie d’aller à la bibliothèque municipale. C’est poussiéreux et je ne veux pas faire croire à la grosse vache de l’accueil qui me fait de l’œil qu’elle aurait la moindre chance.

Tout en réfléchissant à la façon dont je pourrais occuper ma journée, je me mets à griffonner, tel un automate, sans réfléchir. Et au bout d’un quart d’heure, je me rends compte que j’ai encore une fois dessiné le portrait de cette fille que je ne reverrai plus. Sauf que cette fois, quelque chose diffère… son regard est froid, ses traits sont durs, rien à voir avec la réalité. Comme si son visage reflétait une aigreur, une haine à peine contenue, une tension immense, comme si elle contenait une rage prête à exploser….
Comment ai-je pu dessiner ce portrait immonde sans m’en rendre compte ? Quelle horreur ! Allez, poubelle.

Bon, ça ne va pas du tout, je vais prendre l’air.





Cela fait maintenant un mois que je ne dors plus. Toutes les nuits, cette déesse étrange apparaît dans mes cauchemars, et chaque nuit, elle semble ressembler un peu plus à…
J’en ai assez de lutter, c’est décidé, aujourd’hui, je retourne au musée, il y a quelque chose de pas net dans cette statue, il faut que j’exorcise tout ça. Peut-être qu’en la revoyant, je réaliserai que ce n’est qu’une sculpture parmi d’autres, qui n’a rien de si extraordinaire. J’espère en tout cas…

Cette fois-ci je n’ai pas fait la queue, j’étais même le premier dans la file d’attente. J’ai dû éviter quelques jeunes éméchés qui sortaient de boîte et deux ou trois clodos, mais je suis arrivé le premier.
Dès l’ouverture, je me précipite au sous-sol, mes pieds me guident tous seuls vers Enyo. Elle est toujours là, magnifique et superbe. Personne ne semble y prêter attention. Bande d’arriérés aveugles…
Son regard, toujours aussi hautain me fixe implacablement. Oh mais cette fois, c’est moi qui vais te faire comprendre qui est le chef ! Mon pauvre cerveau va enfin retrouver sa quiétude !

Je sors de mon blouson le pied-de-biche acheté chez Castorama la veille. A l’entrée du musée, personne n’a rien remarqué. Ils fouillent dans les sacs, mais c’est tout. Dormez tranquilles citoyens.

J’ai quand même eu le temps de détruire son visage de marbre et d’éteindre pour toujours son regard hypnotisant avant d’être arrêté par la sécurité et quelques touristes matinaux qui traînaient là. Je risque gros, je sais, mais je m’en fiche, je me suis vengé, c’est tout ce qui compte.




   Le déséquilibré du Louvre serait un meurtrier.

   Du nouveau dans l’affaire du déséquilibré qui s’en était pris à une statue grecque au Louvre.
Lors de l’interrogatoire, le suspect aurait tenu des propos incohérents et aurait été incapable d’expliquer son geste. Face à l’apparente fragilité psychique du sujet, les forces de l’ordre ont décidé de procéder à une fouille de son appartement. Ils ont alors découvert l’horreur. Le corps d’Emy O., 24 ans, en état de décomposition avancée a été retrouvé dans la salle de bain du suspect. Ce dernier l’aurait assassinée en lui assénant plusieurs coups de poing au visage, puis aurait entrepris de lui ôter le cœur.
La jeune fille était portée disparue depuis début mai. Sa famille, ayant formellement reconnu la dépouille, se refuse à tout commentaire.

Le suspect, placé en établissement spécialisé, risque la réclusion à perpétuité.

Hebergeur d'image
La statue d'Enyo exposée au Louvre avant sa destruction par le suspect.
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 91
Date d'inscription : 08/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Enyo Ven 23 Sep - 0:30
Eh bah tu vois que c'est pas un plagiat de "La Vénus d'Ille" :P.
J'ai bien aimé l'ambiance cynique, et légitimer l'obsession par un traumatisme amoureux (en tout cas implicite). Et en plus on apprend des choses ! Ça m'a un petit peu fait penser à "The Telltale Heart" dans un sens. J'aime bien ces histoires, où y'a une cohérence narrative mais y'a aussi une folie inexplicable. Y'a toujours le petit doute dans la tête, si à la fin on se rend compte que ce n'est pas une disparition, peut-être qui a autre chose de faux. Good one :) et joli dessin, l'ombrage est bien travaillé ! "C'est cool" :D.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 41
Date d'inscription : 02/04/2016
Age : 30
Localisation : An Alré
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Enyo Ven 23 Sep - 18:59
Oui j'étais partie sur quelque chose qui se rapprochait de La Vénus d'Ille, mais j'ai totalement bifurqué vers autre chose. J'ai même dû me recentrer sur le thème parce que ça partait un peu n'importe où.
Tiens je n'ai jamais lu "The Telltale Heart" ! Honte à moi ! Je vais me faire la totale Poe un de ces jours, puis la totale Lovecraft, et ensuite, soit j'irai me pendre, soit je me fais interner.
Merci pour ton gentil avis :)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Enyo
Revenir en haut Aller en bas
Enyo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» (IrrealDoll Enyo) Toute bronzée !
» [IRREALDOLL] Enyo
» Enyo Irrealdoll : Myrtille s'installe p.4
» [Irrealdoll] Enyo : patate & patate douce p.2
» [RIEN POUR LE MOMENT-NE PAS SUPPRIMER]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Juillet 2016-