AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|
"J". Her name. The sound of it. The force of it, the pain of it.
avatar
Messages : 26
Date d'inscription : 08/03/2016
Age : 30
Localisation : Courbevoie
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: "J". Her name. The sound of it. The force of it, the pain of it. Ven 12 Mai - 11:03
Nouvelle improvisée #05

Thème : My hero

Titre : "J"


__________________________________________________________________________________________________________________________________


On dit que les personnes les plus marquantes sont celles qui font le plus de choses dans notre vie.
En bien ou en mal, d’ailleurs. Je ne suis absolument pas d’accord. Je suis la preuve vivante que cette maxime n’a aucun sens. La personne dont je parle n’a rien fait dans ma vie. A part… Accepter que je lui parle, que je reste à ses côtés un moment.
Elle et ses airs suffisants et imbus, son ersatz de science infuse, sa façon de systématiquement croire qu’elle a raison,
son insensibilité assumée et sa mauvaise foi caractérisée, elle n’a jamais rien « FAIT ».
Pourtant…
Chaque fois que je prends ma plume et que j’écris, je pense à elle.
Je pensais que ça s’atténuerait avec le temps, que le temps… Ferait son travail…
Je n’ai jamais pensé à personne autant qu’elle, et ce depuis que je l’ai moi-même sortie de ma vie.

__________________________________________________________________________________________________________________________________




Première partie : point de croix
_________________________________________________________________




DÉCOUVERTE

Blog-star. Tiens, voyons voir. Une star du dessin, pourquoi pas Mon moral est dans les pâquerettes, t’manière.

PIQUE

Oh, pas mal, eh ! Bon, j’aime pas trop les dessins, m’enfin… C’est drôle ! C’est bien écrit, ce n’est pas prétentieux, et ça donne envie. C’est quand même dingue, c’est si simplement dessiné, mais c’est accrocheur. On se sent à la maison. Home.

PIQURE

C’est impressionnant ce que ce blog, DELIRODESSIN peut captiver. Et je vois que je ne suis pas le seul. Tout le monde est littéralement… Subjugué par sa prose, par ses blagues, par sa vie, tout simplement. C’est vraiment… En fait je suis admiratif. Complètement admiratif. D’autant plus qu’elle n’a pas l’air d’avoir le melon, elle est… Waouh, j’aime bien cette fille en fait.

PONTAGE

C’est lancé ! Je lui ai lancé un défi ! Je lui ai dit que je comptais exploser son Skyblog si jamais elle n’acceptait pas mes défis. Elle ne m’a pas toujours répondu tout de suite, d’ailleurs… Je ne sais pas si je me serais répondu moi-même. C’était… Ahem. Un peu agressif. C’était prévu pour être drôle, mais ce ne sera peut-être pas interprété comme ça… Aie aie aie. Mais pourquoi je fais ça ? Pourquoi je suis toujours aussi con en face de quelqu’un qui me plait ?... Attends une seconde. Elle me plait ?

JOINTURE

Elle m’a répondu ! De la manière la plus classe possible, en plus. J’ai de la chance, quand même. Elle aurait pu m’envoyer chier… C’aurait été… Chiant. Mais non, elle m’a répondu ! Youpi ! Qu’est-ce qu’elle écrit bien. Et elle a l’air vraiment réfléchie, et posée. C’est vraiment appréciable. Et au vu de son Blog elle est super intelligente… Ya moyen. J’suis désolé, ya moyen. Non, mais plus sérieusement, je n’ai à ce jour aucun correspondant sur Skyrock, et j’avoue que je n’avais pas envie de parler à n’importe qui. C’est chose faite, je vais pouvoir avoir des échanges de qualité avec elle, je le sens. Je suis tout excité.

TRESSAGE

Bon… Ben évidemment, tout le monde fonctionne de la même façon. Un blog-star, ça ne passe pas inaperçu… Du coup, ben… Tout le monde lui parle. Evidemment. Mais bon. Elle continue de répondre à mes commentaires, le ton reste bon, ça devrait le faire.  Je n’ai pas toujours le temps de traîner dans les rues de Skyrock, mais quand j’y suis, j’ai la chance de constater son passage, ou encore mieux, de lui parler directement. Bon. C’est souvent noyé dans une masse de commentaires ou avec d’autres amis dessinateurs à elle, mais ça reste agréable. D’ailleurs qu’est-ce qu’elle a comme admirateurs… C’est… Déroutant. Ça donnerait presqu’envie de faire demi-tour et de détresser le lien que j’ai MOI-MEME voulu tisser. Mais bon…

FILAGE

C’est horrible. Ce blog. Ce n’est pas une planète. C’est une galaxie. Avec tout un tas de planètes qui gravitent à côté, autour, dedans (OUI, DEDANS), et un peu partout en fait. Elle a une petite fricassée d’amis qui dessinent tous. Et ce Cerberus… Mon dieu. Le genre de personne qui te fait déprimer. Il dessine beaucoup trop bien. Et il parle à Justine avec une aisance bien particulière. Ca a tendance à m’énerver. Et le pire c’est que je ne sais pas pourquoi. J’ai envie de l’agresser tout le temps. Et tous ceux qui gravitent un peu trop près d’elle… Après tout, dans une galaxie, les planètes se battent pour leur étoile… Etoile, Blog-star… T’as compris ?... Bon dégage. Retourne à l’accueil, ils vont te rembourser ton ticket. Enfin… Te rembourser… Au prorata de c’que tu viens de lire aussi hein. Bon bref, trop de potes, trop de gens, trop de tout. Delirodessin s’éloigne !

POINT DE CROIX

Pourquoi. Est-ce que. Tout le monde. Veut. Toujours. Se lier. Avec. D’autres personnes. Moi je m’en pète, de vous tous. C’est Delirodessin qui m’intéresse. Son monde qui me fait sortir de mes mauvais souvenirs, sa prose impeccable qui me donne envie de continuer à écrire, ses dessins simples qui pourtant me donnent envie de me surpasser, d’être mieux que moi-même, de l’impressionner. Je veux l’impressionner. Je veux que cette fille… soit toujours fière de moi. Oui, oui, fille. Delirodessin n’a que 15 ans. Moi ? Euh… Ben 20 ans. Attends attends attends !!! C’est pas c’que tu crois ! … Elle… Elle est vraiment beaucoup trop mature pour son âge. Bien plus que moi, j’en suis sûr. Et sans me vanter, je pense avoir un bon bagage de maturité dans les reins. Mais quand bien-même. Elle nous surpasse tous. Elle nous surclasse tous. Elle a la classe sans rien faire. C’est… Inspirant, ça donne envie de la suivre. De l’aduler. Oh, je sais. Je vais devenir son élève. Elle sera mon senseï ! Elle sera, mon, senseï !

SUTURE

C’est parfait. Elle connait mon âge, je connais le sien, et de toute manière, il y a peu de chances pour qu’on se voit un jour. Non, je veux juste qu’on me laisse l’admirer. Je veux juste qu’on me laisse dessiner des fan-arts d’elle quand je suis en cours, ou que je suis seul à grommeler ma solitude dans mon lit. Je veux juste être son élève, son petit truc qu’elle trimballe partout, ce modèle à suivre. Je me demande parfois pourquoi est-ce que je l’admire tant. Bordel, même si elle est super intelligente, elle a fucking 15 ans. Mes potes me prendraient pour un dingue. Et pourtant je ne pense à rien avec elle. Mais genre rien du tout… Bon, peut-être que si, j’avoue. Mais c’est tellement du domaine du fantasme… Ben oui, je ne connais même pas sa tête ! Je ne sais pas à quoi elle ressemble. Voilà c’est ça, je suis amoureux d’une… Inconnue de 15 ans qui habite à 400 km d’ici, qui a une floppée d’admirateurs tous aussi zélés et gagas les uns que les autres, et qui je pense, ne se doute pas une seconde -et heureusement- que je suis raide-dingue d’elle… Non mais j’dois avoir sodomisé des têtards dans une autre vie. Et là je paye. Obligé.




Deuxième partie : Rayonnement
_________________________________________________________________




LUMIÈRE

J. Elle s’appelle J. D’habitude je déteste ce prénom. Mais là… Je sais pas, ça passe. Ça passe crème, même. J. Ohlala.

ÉMANATION

J.-senseï. C’est parfait, comme prénom. Ça lui va bien, ça pète. Elle aime, et ça vient de moi. Je pourrai pas être plus… Attends une seconde c’est quoi ces conneries ? « Pomme de terre man », tu vas te calmer desuite. J. est MON senseï. Pas le tien.

DIFFUSION

Bon ben ça y est, plus aucune exclusivité avec J. En plus mes partiels arrivent, et je n’ai plus le temps à nos loooooongues discussions sur Internet. Du coup ils veulent tous mon numéro. Mais c’est HORS DE QUESTION. Déjà d’une, je m’en fous de vous. De deux, c’est J. qui m’intéresse. Vous allez attendre que je revienne. Et puis c’est tout. Putain j’suis déprimé… Fait chier.

DIFFRACTION

… Ils m’ont tous fait un fan-art parce qu’ils ne me voyaient plus sur Skyrock. Et Justine a participé !... Bon en fait non, elle a fait que dalle. Mais elle est sur le fan-art, donc c’est tout comme !... Je fais un peu ma groupie, non ? Ça commence à m’inquiéter. Qu’est-ce que ça va être quand je vais céder et qu’on va se parler en dehors de Skyrock ? Est-ce qu’on va s’appeler ? Est-ce qu’on… Est-ce qu’on va finir par… Par être un peu plus proches ? Franchement, je ne demande que ça. Mais j’en ai peur aussi…

RAYONNEMENT

Quel enfoiré, ce « Pomme de terre man »… Bon en fait il s’appelle Aurel. Et il est kewl. Il joue à Pokémon, et il est bon, cet enfoiré. Mais c’est pas le plus important. Il m’a pris en photo, ce gugusse ! Dans le secret de la profession. Et pourquoi exactement ? Pour monter la photo à J. Et si c’était elle qui lui a demandé ? C’est forcément elle qui lui a demandé. Ça veut dire qu’en dehors du fait que… Je suis un avatar, parlant dessinant et débattant sur Skyrock, je suis aussi… QUELQU’UN à ses yeux ! Quelqu’un à qui elle s’intéresse ! Oh mon dieu. Je rayonne. Mais pour l’heure, je suis fâché. Il faut garder la face. Grrr.

IRRADIATION

En fait… Ben il est cool, le petit monde autour de J. Ils sont vraiment cool, en fait. Ils sont tous super sympa, et quand je ne passe pas ma vie à essayer de graviter autour de J., je m’en aperçois. Dingue. On est peut-être une vraie communauté d’amis, en fait. C’est parti de rien, quand on y pense. Enfin non, pas vraiment de rien, mais… L’évolution est vraiment particulière. On se dessine tous de belles choses, on se fait des poèmes, des nouvelles, des petites bédés. C’est un monde parfait. Je vis dans un monde parfait avec eux. Nous nous entendons tous bien, tout le monde est aimant. Ca y est, je fais partie de cette galaxie de gens formidables. Je suis une planète, nous sommes des planètes, et nous gravitons autour de notre star. Et… Ben ça ne me dérange plus !

CONVOLUTION

Oh mon dieu. Je l’ai vue. Lors du festiblog. Un évènement organisé par les communautés dessinatrices de France, auquel Cerberus était convié. Du coup on s’y est tous pointés. J’ai pu voir tout le monde. Nakua, LeNainGris, Goku, et d’autres que je connaissais pas vraiment, mais avec qui j’ai pas mal accroché. Et surtout. Il y avait J. Toute petite. Aucun sex appeal. Des fringues super étranges. Des manies autistes, et toujours cette acidité qui la caractérise. Mais… Rien à faire, j’A-DORE cette fille… Pardon. Femme. Et je la regarde, je fais le pour et le contre avec cette dureté qui la caractérise, cette incapacité à être affectueuse ou démonstrative -pire que moi, c’est dire…-, mais quand bien-même. Cette femme me fait un truc. Et même dans sa façon de parler (quand elle parle), elle suinte la maturité. Du haut de ses 15 ans, cette femme est devenue mon modèle… Dog gammit.  

DÉVIATION

Le retour du festiblog remonte à loin, maintenant. On se parle toujours avec les dessineux, mais un peu moins quand même. Il y a les partiels à gérer, les dossiers de candidature pour l’année prochaine… Je parle beaucoup moins à J. Maintenant que nous sommes officiellement amis… Je la trouve. Trop acide pour moi. Et j’ai l’impression que j’ai un traitement de défaveur de sa part. C’est peut-être parce que je l’estime beaucoup, mais… Je trouve ça… Trop prononcé. On a même eu notre première dispute… C’que je me suis senti mal. Je me rappelle m’être excusé, mais… Je n’ai aucun souvenir de l’avoir entendu ELLE présenter ses excuses. Mais… Oh, ce n’est pas grave. Elle est comme ça, il faut que je la prenne comme elle est. Et puis qui aime bien châtie bien, il parait. Toujours est-il que je l’accepte peut-être, mais ses énormes piques font sévèrement mal. Et c’est incessant… Je me demande bien pourquoi elle continue alors qu’elle sait que ça peut me faire mal. Ou me saouler. Enfin bon.

ATTÉNUATION

Nous nous sommes tous revus, et c’était… Bien. Enfin sans plus, en fait. Je ne sais pas ce qu’il m’arrive. J’ai perdu cette espèce d’osmose que j’aimais tant avec ce groupe que j’aimais tant… De nouvelles personnes arrivent, d’autres partent… Les incoditionnels restent, mais… Ou est Black ? Où est Cerberus ? Ou est Kenzo ? Ces personnes qui me rappellent à coup d’autisme et de « sociopathie avancée » que je ne suis pas seul… Ce groupe est gai, trop exposé, trop… Trop lumineux. Ce n’est pas ma conception des choses. Aurel est persuadé que je suis amoureux de J. Et le pire c’est qu’il a raison. Je pense sincèrement l’être. Plus comme avant, c’est sûr, et hors de question que je lui dise, mais… Il y a toujours ce truc. J’ai toujours l’image de son dos, et de moi derrière, qui continue à être aussi averti, aussi littéraire et réfléchi qu’elle. Pourquoi est-elle si brillante ? Pourquoi personne d’autre au monde ne me fait cet effet ? Pourquoi est-ce que je l’admire tant ?... Elle n’est pas si grande que ça, elle n’a pas créé de vaccin, elle n’a aucun ascendant sur moi, mais… Elle est comme mon modèle à suivre. Et je ne la rattrape jamais. Jamais je n’arrive à son niveau. Je ne fais que l’aduler dans l’ombre, caché parmi tous ceux qui l’aiment sans savoir pourquoi.




Troisième partie : Fracture
_________________________________________________________________




HÉMATOME

J. est mon amie. Elle le sera toujours. Je serai toujours là pour elle, même du haut de ses 20 ans. Je l’aime. Fin du débat.

CONTUSION

Je ne compte plus le nombre de fois où on s’est appelés pour discuter de tout et n’importe quoi. Je suis tellement heureux. Elle me sort de ma tourbe. De ma médiocrité. Elle m’élève et me transcende. Et elle me le dit. Elle aime parler avec moi.

PLAIE

Mon père vient de mourir. Je ne veux parler à personne. Mais je prends mon téléphone et je l’appelle. Je me confie à elle. Je lui dis tout. Je verse mes premières larmes depuis dix ans. Je me sens tellement bien. Elle me dit qu’elle est flattée, et contente d’être là pour moi. Elle me dit qu’elle m’aime. Elle me dit qu’elle sera toujours là pour moi. J’aurais dû perdre mon père plus tôt…

BLEU

Ah. Première petite dispute. Je ne me souviens même plus de la raison. Je sais juste que je me suis excusé. Sous les conseils d’Aurel. Qui bien-sûr a pris sa défense. Comme toujours. Ça devient une habitude. Mais ça reste hyper pénible… Je suis toujours fautif, en fin de compte. Et mes amis ne prennent jamais ma défense. JA-MAIS. Ou en tout cas, ça n’a pas l’air de marcher… De toute manière J. est trop dure avec moi ces derniers temps. Je n’ai jamais le droit à l’erreur. Je m’éclipse.

COUPURE

Je viens de me prendre la tête avec J. plus fort que jamais. Sur un sujet tellement idiot… Mais personne ne prend ma défense. Tout le monde lui mange dans la main. Pourquoi ? Mais pourquoi ? Si nous sommes tous amis, alors nous devons nous soutenir et se dire ce qui ne va pas. J. est clairement méchante avec moi dans cette histoire ridicule. Pourquoi PERSONNE ne lui dit jamais ? Et ce n’est pas comme s’ils n’étaient pas témoins de sa dureté. Chaque. Pique. Qu’elle peut sortir. M’est destiné. Ils le savent. Ils en rigolent dans un premier temps, puis évitent la question quand ça ne me fait plus rire… Ah, je me suis coupé.  

SANG

Je partage mon projet avec J. je ne sais pas si je pourrais être plus heureux dans ma vie. Mon mentor, mon modèle, mon aspiration, ma force, « my reason to get stronger », elle marche à mes côtés pour m’aider à terminer mon roman. Elle me félicite, elle m’encourage. Elle est là. Comme jamais elle ne l’a été. Une fois même, alors que nous organisions un petit week-end à la maison, elle me prend dans ses bras. Je ne sais pas si c’est déjà arrivé… Elle me fait même un bisou. C’est officiel, je ne lave plus ma joue. C’est fini. Je ne me lave plus tout court, d’ailleurs. Non, je plaisante, bien-sûr. Mais… Je suis on ne peut plus heureux. Cette femme, c’est un peu… Mon… C’est mon idole, alors le fait qu’elle partage ça avec moi… Ça me complète. Ça me remplit.

HÉMORRAGIE

Je devrais être content. Mais je ne le suis pas. J. s’est confiée à moi. Après toutes ces années où elle a échangé trois fois plus avec tout le monde, ou elle a raconté ses fantasmes, désirs, envies, projets à tout le monde, mon tour vient enfin. Je ne râle pas, je suis sincèrement content. L’ennui c’est que c’est parti d’une dispute. Que j’ai… Créée. Enfin je crois. Elle a pleuré. Elle m’en a voulu. Expliquant que ce n’était pas sa faute si elle était comme ça. Même avec ses parents, elle n’aime pas. Elle pique. Elle pense être responsable, elle pense que personne ne peut l’aimer. Je lui avoue tout. Je lui dis que pendant près de deux ans, je l’ai aimée. Elle est flattée, ne sait pas quoi dire Mais… Comment cette discussion a-t-elle fini ? Avec elle disant : « Je compte sur toi pour me rappeler que tu m’aimes… J’ai tendance à l’oublier… ». Du coup, je lui promets. Et je m’excuse. Encore. Ça fait… Mal.

ANÉMIE

Je suis fatigué. Ma relation avec J. est beaucoup trop inégale. Elle et moi nous aimons, j’en suis sûr, mais… Je suis le seul à accepter de faire des compromis. Elle ne produit que des ersatz de concessions, des bribes d’excuses, des simulacres d’empathie. Notre amitié est en pause depuis près de deux mois. Elle ne revient pas vers moi. Elle ne me parle pas. Elle n’en a que faire de moi. Elle est même descendue sur Paris sans me prévenir. Pas même mes amis ne m’ont prévenu. Il n’y a que sa copine qui me l’a dit. Je me sens délaissé, désœuvré. Mais hors de question que je la laisse encore annihiler mon égo. Si elle ne peut se débarrasser du sien, et bien, ma foi, nous n’avons plus rien à nous dire. JE suis le sociopathe de la bande. Et JE suis capable de faire des efforts. Pourquoi pas elle ? Pourquoi pas avec moi ? Pourquoi ? Si elle savait à quel point je l’aime, à quel point je pense à elle chaque fois que j’écris, que je lis, que je me documente, que je grandis… Et alors ? Si elle savait ? Ça ne changerait rien.

FRACTURE

Je me suis excusé. Je lui ai rappelé que je l’aimais. Elle l’a entendu, mais… Cette fois il n’y a eu aucun retour. Elle l’a juste… Compris. Mais deux semaines après, rebelote. Et je n’avais rien dit. Rien fait. Elle a juste décidé de ne plus me laisser aucune chance. Et elle me le fait comprendre : « J’ai déjà donné, tes accès d’égocentrisme, tu te les gardes ». Je ne comprends pas. Je réfléchis. Une semaine. Deux semaines. Un mois. Et puis je comprends enfin. Cette femme m’épuise. Elle me vole tout mon amour propre sans m’en rendre une miette. Que ce soit inconscient ou pas, la question n’est pas là. Le fait est que je n’y arrive plus. Et que je ne veux plus essayer. Je lui fais comprendre avec un mail, dont elle serait fière de la prose. Enfin j’imagine… Puisqu’elle ne m’a jamais répondu. Et les autres… Pareil. Ne disent rien. Ne cherchent même pas à m’aider. Je me renferme. Je m’isole. Je ne veux plus jamais entendre parler des dessineux. Je ne veux plus être Arlek. Je redeviens Zeke. Le sombre. L’isolé. Celui que hurle et pleure aux étoiles sans que l’espace ne soit jamais au courant. Celui qui saigne en dedans. Et à jamais.



Troisième partie : Etoile
_________________________________________________________________




Cette histoire est triste, et pourtant, elle ne l’est pas.

Je garde J. comme un memento. Un credo. Une plaie à demi-ouverte, un souvenir. Aussi douloureux que cathartique. J. a su réveiller ce qu’il y avait de meilleur en moi.

Elle a illuminé certaines de mes qualités que je ne connaissais pas moi-même. Encore aujourd’hui, je lui dois ma prose. Ma réflexion. Ma tolérance. Mon recul. Je lui dois le fait de savoir comment prendre les choses.

Ou ne pas les prendre. Je lui dois beaucoup. Encore aujourd’hui, je l’aime. Je l’aimerai toujours. Elle sera toujours cette petite partie de moi qui pense à elle, au moins une fois par semaine. Sinon plus, parfois beaucoup plus, pendant des heures. Elle sera toujours cette petite lumière derrière laquelle je cours. Celle qui me rappelle de ne jamais abandonner mes projets, de rester intègre, de ne pas baisser les bras, de ne pas laisser les autres m’intimider.

De garder mes gants de boxe pour rétamer celui qui tenterait de me manquer de respect ou d’attaquer ceux que j’aime. Mais en dehors de tout ce qu’elle m’a donné indirectement… J. m’a pris comme quelque chose. Pas quelqu’un. Quelque chose. Pas un noir. Pas un malade. Pas un sociopathe. Rien de tout cela. Elle m’a pris comme un tout à peu près cohérent, capable de réflexion, de sentiments comme l’empathie, l’amour, la tristesse. Elle me parlait, elle communiquait avec moi, que ce soit pour m’aimer ou pour me haïr, en respectant les lignes de sa diction.

Toujours. De la manière. La plus impeccable possible. J. est sans tâche. Sans bavure. Et même aujourd’hui, même après ces débiles disputes futiles et improductives, J. est une chirurgienne qui a sur couper les liens de nos cœurs, sans pour autant les laisser saigner. J. sera toujours celle que j’admire. Celle que je veux devenir. Celle qui m’inspire. J. est ma superstar à moi. Et même des années après, elle est toujours mon Blog-star. Et elle le restera. Mon étoile. Ma championne. Ma muse, mon défi. Ma blessure, ma cicatrice. Ma peine, ma joie. Ma catharsis. Jusqu’à la toute fin.

J., je t’aime et je t’aimerai toujours. Dussé-je le répéter dans l’ombre, sans que tu ne t’en doutes. A la tienne, mon amie.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 91
Date d'inscription : 08/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: "J". Her name. The sound of it. The force of it, the pain of it. Ven 12 Mai - 13:53
C'est assez rare, mais j'ai rien à redire sur la prose, la structure ou le contenu. En même temps ça serait un peu tarba si j'avais quelque chose à redire sur le contenu. Mais, comme pour la "Belle inconnue du RER A", ton texte m'a fait penser à quelqu'un de particulier... J'suis content que t'aies réussi à trouver du positif malgré la fin de cette relation, j'ai pas eu cette chance.
J'ai pas grand chose à dire, manifestement c'est très personnel, à la limite d'un journal intime Razz. Mais ça renforce mon idée que tu sois un homme bien. Elle a sûrement une autre vue sur cette histoire, mais j'pense qu'on a tendance à agir de la même façon. On accepte qu'une personne soit un peu toxique, si on se sent bien avec. On donne plusieurs chances, mais au bout d'un moment, la toxicité devient trop intense pour être bénéfique. T'sais, les gens qui prennent une dose de poison par jour afin d'établir une immunité. Être ami avec certaines personnes, c'est un peu le même principe. Sauf qu'il faut bien doser, parce qu'il suffit que le degré de toxicité soit un poil trop haut pour que tu fasses une overdose... C'est bien de réussir à s'en rendre compte, et à cracher le poison avant qu'il ne t'affecte trop.
Et désolé si à un moment de nos vies t'as eu besoin de moi et j'étais pas là. Je pense qu'on sait tous les deux que si on va voir l'autre, pour rire ou pour discuter un problème, il sera là. J'espère que tu le sais en tout cas. Des fois c'est pas assez... Mais n'hésite jamais. Jamais. Même si c'est juste pour me dire que t'as éternué si fort que t'as chié dans ton froc. Love you, buddy.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 26
Date d'inscription : 08/03/2016
Age : 30
Localisation : Courbevoie
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: "J". Her name. The sound of it. The force of it, the pain of it. Sam 13 Mai - 12:06
Merci, Black. Bien-sûr, il y a toujours deux versants d'une histoire.

Enfin... Je suis passé au dessus, et oui, il vaut mieux garder le meilleur là-dedans, ce que j'ai eu du mal à faire à prima. Mais au final c'est tellement plus cathartique... Mais j'avoue que la légende de la personne qui est bien pour toi, mais qui t'intoxique au fur et à mesure... J'y croyais pas vraiment. Jusqu'à elle, ha ha.

Non, pitié, ne pense pas que tu aies été responsables ou absent à n'importe quel moment Toutes les fois ou tu "n'étais pas là", c'est moi qui ne l'étais pas en vérité. Mais à aucun moment je n'ai eu l'impression que tu manquais à l'appel. D'ailleurs il aurait pour ça fallu le passer, cet appel. Chose que je ne fais jamais. Donc...

En tout cas merci pour ces mots, qui, comme d'habitude me réconfortent et me touchent. =)

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 41
Date d'inscription : 02/04/2016
Age : 30
Localisation : An Alré
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: "J". Her name. The sound of it. The force of it, the pain of it. Ven 23 Juin - 22:50
Très joli texte, je trouve que tu arrives bien à décrire la complexité de l'Amour, et je mets un A majuscule parce que j'utilise ce terme de façon générale, bien plus intense et profonde que le "simple" amour amoureux.
Malgré l’ambiguïté de ce sentiment, parfois doux et parfois cruel, je trouve que tu retranscris à la perfection l'importance qu'il doit avoir dans une vie. Il m'arrive aussi de ressentir un amour si puissant envers quelqu'un que j'ai l'impression que mon cœur va exploser si je ne le crie pas à la personne en question, et pourtant, je n'y arrive pas. Alors j'essaye de le montrer comme je peux Smile
Enfin voilà, c'est un sujet personnel sur lequel je suis très (trop...) pudique, mais c'est important de dire aux gens qu'on aime qu'on les aime, ou au moins, leur montrer, avant qu'il ne soit trop tard. Rien de pire que le "j'aurais dû..."
Ton texte est très touchant Surprised
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 26
Date d'inscription : 08/03/2016
Age : 30
Localisation : Courbevoie
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: "J". Her name. The sound of it. The force of it, the pain of it. Ven 11 Aoû - 1:03
Merci, Gish !

Ça me fait plaisir que ce texte t'ai amené à cette "réflexion". <3

oui, Amour et Amitié sont des eaux vraiment très capricieuses. Dans lesquelles on adore se baigner, mais dans lesquelles on peut vite se noyer aussi, sans faire de mauvais jeux de mots.

Ça n'est simple pour personne, même pas pour Tony Stark.
C'est dire...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: "J". Her name. The sound of it. The force of it, the pain of it.
Revenir en haut Aller en bas
"J". Her name. The sound of it. The force of it, the pain of it.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Primavera Sound 2010 - 27 au 31 mai
» The sound of music (la mélodie du bonheur)
» " Sound of noise "
» Furia Sound Festival 23-25 juin 2006, Cergy
» Rock Sound Festival Huttwil 5-7juin 2008

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Mai-Juin 2017-